Portrait de Elise Garreau

Réseau des diplomés

«Il y a toujours quelque chose à faire là où on est»

Elise Garreau, 35 ans, savait déjà depuis l’âge de 12 ans qu’elle voulait être professeur de sport. Voici son parcours :

Credit Photo Elise Garreau

Credit Photo Elise Garreau

Elise vous dira qu’elle a toujours su qu’elle voulait être prof de sport. C’est en rencontrant son professeur de sport, Mme Guillot, dès sa première année de collège qu’elle a eu envie de faire ce métier. «  Ca me plaisait de voir comment elle parvenait à réunir tous ses élèves autour d’une activité sportive. Bons et mauvais, tous participaient. Et puis, Mme Guillot m’a particulièrement touchée parce que, du fait de ma pratique de la gymnastique, elle m’avait offert une place privilégiée au sein de notre classe. » C’est donc avec cet objectif qu’Elise grandit et poursuit son parcours scolaire jusqu’en Terminale S. Une terminale choisit sur les conseils de ses enseignants. En intégrant la licence Sport de l’Université de Poitiers, Elise, s’est vite aperçue que ce conseil n’était pas très adapté puisqu’on lui demandait aussi de réaliser des dissertations sur des sujets très divers. Ses cinq années passées à la fac, lui plaisent beaucoup. «  Ce sont des étude passionnantes. On y étudie l’anatomie, la physiologie, la biomécanique, la psychologie, la sociologie des activités physiques et sportives…on va se nourrir de plein de domaines différents. Et puis, ma rencontre avec Mme Minvielle et Lamothe ont été déterminantes dans mon choix. Quand je les voyais, j’avais envie de devenir comme elles ».Elise passe donc son CAPES en 2002 et le réussit. Elle commence son activité de professeur d’EPS en tant que stagiaire dans un collège situé à Niort. Ce stage demandait de dispenser 7 heures de cours par semaine. Le reste du temps était consacré à la préparation de ces cours. A l’issue de cette première année, elle est titularisée et part deux ans comme TZR (titulaire en zone de remplacement) à Fontainbleau. « J’ai eu beaucoup de chance car non seulement j’étais à Fontainbleau mais aussi parce que, pendant ces deux années, j’ai remplacée un professeur de sport dont la spécialité était la danse. C’est l’avantage lorsqu’on est TZR, on nous affecte à un poste qui correspond à nos attentes. »Après cet épisode, Elise est envoyée au lycée Carnot dans le 17eme arrondissement. Elle occupera ce poste pendant les 7 années qui suivent. Elle en profite pour mettre en place divers projets artistiques et crée une option danse. En parallèle, elle prépare l’agrégation ainsi que la certification complémentaire danse. Elise nous confie : «  cette préparation m’a permise de me remettre dans les études et de stimuler mon intellect. Ça tombait bien car je commençais à m’installer dans une routine qui ne me ressemble pas. »  « Après ces 7 années et l’agrégation en poche, j’ai eu envie de changer de ville et d’établissement. J’ai donc scruté les postes sur le site Galaxy (portail des postes dans l’enseignement supérieur). Et là, j’ai vu un poste de professeur de yoga-danse et voile à Toulouse, soit, exactement ce que j’aime enseigner. »Elise postule et est retenue. Cela fait aujourd’hui presque un an qu’elle occupe cette place et en déduit une chose : «  Je ne veux plus retourner dans le secondaire. Aujourd’hui j’enseigne à un public qui a décidé d’être là, c’est motivant et même essentiel lorsque tu enseignes des activités qui te passionnent. »
Le conseil d’Elise : »Quand on veut être prof, il est important de ne pas se focaliser sur la stratégie à mettre en place pour être affectée où l’on souhaite. Au contraire, mieux vaut s’investir dans l’établissement où l’on est car il y a toujours quelque chose à y faire, à y construire. Au bout du compte c’est ça qui paye. »

Adeline Nourisson


Publié par Adeline Nourisson

Dernière mise à jour le 2 juin 2015


Recherche d'un article


Université de Poitiers - 15, rue de l'Hôtel Dieu - TSA 71117 - 86073 POITIERS Cedex 9 - France - Tél : (33) (0)5 49 45 30 00 - Fax : (33) (0)5 49 45 30 50 - webmaster@univ-poitiers.fr